searchhome
searchhome

Questions et réponses (Q&R) sur les essais relatifs au cancer du sein

La majorité de cancers du sein se développe sur les cellules qui recouvrent les petits canaux liant les lobules (dont la fonction est de produire du lait) au mamelon. Certains cancers du sein se développent dans les lobules, et d’autres formes moins fréquentes du cancer du sein ont été identifiées.

Les anomalies qui causent le cancer sont responsables d’une perturbation des processus sains dans le sein et permettent aux cellules de se répliquer de manière incontrôlée pour former une tumeur.

Une petite biopsie des tissus mammaires est nécessaire pour confirmer la présence d’un cancer du sein. Lorsque le cancer est identifié, les médecins effectuent une biopsie du ganglion sentinelle. Grâce à cette intervention chirurgicale mineure, votre équipe soignante et vous-même êtes en mesure de savoir si le cancer a progressé au-delà de la région où la tumeur primaire a été localisée dans le sein.

L’amélioration du dépistage du cancer du sein au cours des deux dernières décennies permet désormais à de nombreuses femmes de recevoir un traitement avant que le cancer du sein ne progresse vers d’autres parties de l’organisme.

Au moment où le cancer du sein est diagnostiqué pour la première fois, 70 % des femmes reçoivent des résultats d’analyses médicales (à savoir celles de la biopsie du ganglion sentinelle) qui indiquent que le cancer se situe dans la région mammaire.

Il est possible que le cancer du sein soit présent dans d’autres régions que le sein, notamment dans les ganglions lymphatiques qui sont proches du sein et dans la région axillaire.

Ainsi, 30 % de femmes diagnostiquées avec le cancer du sein reçoivent des résultats qui indiquent que le cancer s’est propagé plus loin que le sein et est présent dans d’autres régions de l’organisme.

Les résultats d’analyses médicales d’un diagnostic du cancer du sein sont résumés dans le score TNM.

Les références:  Cancer Research UK et Breast Cancer Care.

Les lettres T, N et M correspondent respectivement aux termes anglais primary Tumor (tumeur primaire), lymph Nodes (ganglions lymphatiques) et Metastasis (métastase).

Les chiffres et les lettres qui apparaissent après les lettres T, N et M indiquent une évaluation médicale détaillée de votre état.

Les chiffres et les lettres qui suivent la lettre T indiquent la taille de la toute première tumeur primaire à être identifiée dans le sein.

Un score de tumeur de T1, T2 à T3 indique la taille de la tumeur primaire. Les tumeurs d’un score T1 sont des tumeurs plus petites, de moins de 2 cm. Le score T2 et T3 indique que la tumeur a une taille comprise entre 2 cm et 5 cm ou plus.

Un score T4 peut indiquer que la tumeur s’est propagée dans la paroi thoracique, ou que le cancer a progressé vers la surface de la peau. Le score T4d indique la présence d’un carcinome inflammatoire.

Le score N (ganglion) indique si le cancer se situe dans les ganglions lymphatiques les plus proches du sein ou dans la région axillaire.

Un score du ganglion de N1 ou N2 indique que la biopsie du ganglion sentinelle a permis d’identifier le cancer, sous la forme de petites métastases d’une fraction de centimètre, dans les ganglions lymphatiques situés immédiatement autour du sein.

Le score N3 indique la présence d’un nombre plus élevé de métastases ganglionnaires dans la région axillaire.

Le score de métastase indique si le cancer s’est propagé dans les organes éloignés. Un score M (métastase) de M1 indique que des métastases sont apparues et que le cancer s’est propagé dans d’autres organes.

M.

Les références:  Cancer Research UK

Les scores T, N et M sont combinés pour déterminer le stade général du cancer. Un cancer qui se propage dans d’autres organes est appelé un cancer de stade IV.

Le cancer du sein de stade précoce concerne le sein et les ganglions lymphatiques de la région mammaire uniquement. Les cancers plus avancés impliquent les ganglions lymphatiques de la région axillaire.

Les survivants du cancer du sein ne savent peut-être pas toujours pourquoi les soins de suivi sont importants – Étude hospitalière

Les références:  Cancer Research UK

Le cancer du sein ne peut pas être réduit à une seule maladie, et chaque type de cancer du sein se traite différemment.

Vous avez déjà certainement entendu parler des termes médicaux comme le cancer du sein à récepteurs d’œstrogène positif (ER+), à récepteurs de progestérone positif (PgR+) et à HER2 positif (HER2+).

Le statut des récepteurs, qui est déterminé à partir d’une biopsie des cellules cancéreuses prélevées de la tumeur, fournit des informations sur le type de cancer qui a été identifié.

En plus, et surtout, le statut des récepteurs permet à votre équipe soignante de mieux comprendre le diagnostic et de choisir un traitement standard qui serait le mieux adapté pour combattre le cancer.

Dans 70 à 80 % de cas, les analyses de laboratoire des cellules du cancer du sein confirment un statut ER positif (ER+) ou un statut PgR positif (PgR+). Cela signifie que les cellules cancéreuses de la biopsie ont des récepteurs d’œstrogène et de progestérone.

La thérapie endocrine est le traitement standard du cancer du sein exprimant des récepteurs hormonaux positifs.

Les thérapies hormonales (endocrine) peuvent être le meilleur traitement standard des cancers du sein qui sont ER+ ou PgR+. La section ci-dessous intitulée « Les faits en bref » offre plus d’informations sur les recommandations en matière de traitement standard.

Les thérapies endocrines bloquent les récepteurs d’œstrogène et de progestérone ou réduisent les niveaux de ces hormones dans votre organisme. Les traitements sont capables de combattre le cancer dans 50 à 70 % de cas.

Les thérapies endocrines ont certes moins d’effets secondaires que les chimiothérapies, mais, au fil du temps, les cancers avancés ont tendance à devenir résistants à la thérapie endocrine. Par conséquent, le traitement continu au moyen de thérapies endocrines devient inefficace.

Un statut des récepteurs HER2+, qui correspond à Human Epidermal Growth Factor Receptor positive (récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain positif), indique une surexpression des récepteurs HER2 à la surface des cellules mammaires. La surexpression est un terme médical qui signifie la présence d’un nombre anormalement élevé de récepteurs.

Une biopsie des cellules mammaires cancéreuses HER2+ indique une surexpression de la protéine HER2 dans ces cellules. Elle peut aussi indiquer que les cellules contiennent des copies supplémentaires du gène responsable de la protéine HER2.

Le HER2 stimule la division et la réplication des cellules. Une surexpression de HER2 stimule de façon excessive ce processus, et peut, à terme, entraîner la formation d’une tumeur.

Fort heureusement, il existe des médicaments qui ciblent les cancers HER2+. La thérapie ciblée est actuellement le meilleur traitement recommandé pour le cancer du sein HER2+, et 70 % de patientes atteintes du cancer qui reçoivent un traitement ciblé anti-HER2 répondent à ce traitement.

Les références: Cancer Research UK, Breast Cancer Now, Breast Cancer Care, Herceptin Support et Macmillan

Entre 10 et 20 % des cancers du sein n’expriment pas les récepteurs d’hormones et ne surexpriment pas la protéine HER2. Un statut négatif des récepteurs d’œstrogène (ER-), de progestérone (PgR-) et de HER2 (HER2-) est appelé cancer du sein triple-négatif (CSTN).

Un statut positif d’au moins un de ces trois tests offre une orientation indispensable pour le choix d’un traitement standard et d’un plan de traitement. Des scientifiques et des médecins travaillent pour trouver des moyens d’améliorer la situation chez les femmes ayant reçu le diagnostic du cancer du sein triple-négatif.

Pour les femmes atteintes du cancer du sein triple-négatif, et celles dont le cancer devient résistant à la thérapie endocrine, les essais cliniques peuvent offrir des options supplémentaires au-delà du traitement standard comprenant la chimiothérapie seule.

Les références:  Cancer Research UK

QUELLES SONT LES CIBLES POTENTIELLES EN COURS D’ETUDES PAR ROCHE?

L’immunothérapie dans le traitement du cancer est une approche qui bénéficie de découvertes médicales importantes et récentes. Elle met l’accent sur la stimulation du système immunitaire de l’organisme Des scientifiques ont récemment découvert comment les cellules cancéreuses interfèrent avec le système immunitaire du corps : ils réduisent l’effet de protection que le système immunitaire aurait normalement contre le développement du cancer.

L’interaction des cellules cancéreuses avec le système immunitaire a un impact sur les lymphocytes T, un type de cellule immunitaire qui est capable d’atteindre et d’infiltrer les tumeurs, voire de tuer les cellules cancéreuses.

Bloquer l’interaction entre les cellules cancéreuses et les lymphocytes permettrait aux lymphocytes T d’effectuer leurs activités de protection et de combattre les tumeurs.  Cette voie ouvre vers de nouvelles approches thérapeutiques.

Une autre approche utilisée pour améliorer le traitement du cancer du sein est la médecine ciblée ou de précision. Au cours de la dernière décennie, des scientifiques ont identifié des anomalies génétiques spécifiques causant le cancer. Celles-ci amènent les cellules à se diviser de façon incontrôlable pour former des tumeurs.

Les thérapies ciblées bloquent les processus responsables du cancer qui sont perturbés par ces anomalies génétiques. En éliminant ce qui amène les cellules à se diviser de manière incontrôlée, les thérapies ciblées ont démontré leur efficacité dans le traitement de plusieurs types de cancers.

Les thérapies ciblées futures devraient permettre de traiter le cancer du sein qui résiste aux traitements standards.